Communiqué de presse – Versant ouest de la station de ski Stoneham

La protection du bassin versant du lac Saint-Charles passe par une protection à perpétuité du versant ouest de la station de ski Stoneham

QUÉBEC, le 21 janvier 2021

En réponse à l’annonce d’Empire 47 et l’article paru dans le Soleil concernant l’acquisition et le projet de développement du versant ouest de la station de ski Stoneham.

Considérant que le lac Saint-Charles a subi un vieillissement accéléré les dernières années en raison du développement sur le territoire et que sa capacité à supporter des activités anthropiques dans son bassin versant est dépassée – et se manifeste par une croissance fulgurante des herbiers aquatiques et des fleuraisons de cyanobactéries à potentiel toxique – nous sommes d’avis que les terrains visés ne devraient pas faire l’objet d’un changement de zonage et devraient être protégés à perpétuité.

Mise en contexte

  • À l’automne 2016, après le lotissement de 76 lots et la réalisation de plusieurs kilomètres de chemins forestiers, les terrains du versant ouest de la station de ski Stoneham sont ciblés pour l’acquisition par Agiro qui mobilise différentes parties prenantes. La Municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury et la Ville de Lac-Delage contribuent alors au financièrement à la réalisation de l’évaluation de la juste valeur marchande des terrains. Un montage financier est ensuite déposé et des demandes de financement sont faites aux trois paliers de gouvernement : fédéral, provincial et municipal (Ville de Québec).
  • En septembre 2019, les maires de Québec, Stoneham et Lac-Delage exigent un engagement du Fédéral et proposent des mesures, dont l’acquisition de terrains, pour assurer la protection de la principale source d’eau potable de la Ville de Québec.
  • À l’automne 2020, la Ville dépose une offre à la valeur marchande aux propriétaires. En parallèle, elle réalise un plan de gestion et de mise en valeur des grandes propriétés dans le bassin versant de la rivière Saint-Charles. Ce plan vise à faire de la conservation dans le but de protéger à perpétuité la principale source d’eau de la Ville de Québec. Plusieurs grandes propriétés dans le bassin versant sont ciblées. Par ce projet, l’ensemble des partenaires souhaitent créer de grands espaces de préservation et de mise en valeur pour des usages écotouristiques.
  • Ce lundi, l’organisme E47 annonce que des investisseurs privés sont recherchés pour racheter 50 % de la propriété en un seul bloc, sans quoi les propriétaires actuels mettront en vente les 76 lots forestiers. En d’autres mots E47, demande à des investisseurs de sauver le projet d’expansion de l’organisme. Les propriétaires actuels entendent demander un changement de zonage à la municipalité afin de rentabiliser l’investissement, par l’implantation d’hébergements touristiques. Présentement, aucun usage récréatif n’est permis dans cette zone.

Par la présente, nous demandons donc aux Villes et à la municipalité concernées de conclure les négociations au bénéfice de toutes les parties et, surtout, des générations futures.

  • Nous demandons à la Ville de Québec de continuer ses efforts pour l’acquisition de ces terrains qui sont d’une importance capitale pour assurer la qualité de l’eau du lac Saint-Charles. Rappelons que le secteur est drainé vers deux lacs du territoire : le lac Durand qui est déjà dans un état préoccupant, et le lac Trois-Petits-Lacs, qui subit de plus en plus de pression. Ces lacs se déversent vers des cours d’eau qui se jettent ultimement dans le lac Saint-Charles. La Ville a déjà acquis plusieurs terrains dans le bassin versant de la rivière Saint-Charles qui obtiendront sous peu le statut de Réserve naturelle en milieu privé. Ce statut assure la protection des terrains à perpétuité, en vertu de la Loi sur la conservation du patrimoine naturel. Ce secteur devrait être considéré comme tel.
  • Nous demandons à la Municipalité de Stoneham-et-Tewkesbury de ne pas autoriser le changement de zonage pour permettre la construction d’hébergements touristiques sur ces terrains. Ces derniers sont importants pour la recharge de la nappe phréatique et pour l’alimentation des cours d’eau lors des périodes de sécheresse. Rappelons que les terrains visés sont en fortes pentes, que le sol constitué de roc ne rend pas propice l’accueil d’installations septiques, et qu’il n’existe aucun réseau d’égouts à proximité. Le développement en fortes pentes érode les sols qui apportent une charge en éléments nutritifs vers les cours d’eau. De plus, les changements climatiques accentuent les fortes précipitations causant des inondations et du lessivage des sols et des périodes de sécheresse de plus en plus importantes, d’où l’importance de la recharge des nappes.

Nous souhaitons que l’ensemble des parties prenantes continuent à travailler en commun afin d’arriver à un consensus quant aux usages des terrains ciblés, et ce, dans une réelle perspective de développement durable, tant sur les plans social, environnemental qu’économique. Le changement de zonage prévu dans le projet actuel peut ouvrir la porte à des demandes ultérieures, au développement résidentiel, et à la détérioration de la qualité de l’eau du lac Saint-Charles, principale source d’eau potable de 300 000 citoyens de la Ville de Québec.

À propos d’Agiro

Agiro réalise des actions en environnement et collabore à des initiatives dans le but de protéger l’eau et les écosystèmes naturels. Son territoire d’action est principalement le bassin versant de la rivière Saint-Charles à Québec.

-30-

Pour renseignements

Mélanie Deslongchamps
Directrice générale d’Agiro
418 849-9844

[email protected]