Intégrité écologique du lac Saint-Charles et des milieux hydriques qui y sont connectés

Le suivi de la qualité de l’eau du lac Saint-Charles et des cours d’eau du haut-bassin versant de la rivière Saint-Charles des dernières années a permis d’améliorer la compréhension des pressions exercées sur le milieu et des conséquences de celles-ci sur la qualité de l’eau de la réserve d’eau potable. De nombreux indicateurs physico-chimiques et biologiques ont été utilisés pour comprendre et décrire la situation. Ceux-ci ont permis de cibler des menaces, d’évaluer localement la qualité de l’eau et d’émettre des recommandations. Or, les écosystèmes aquatiques sont complexes. Afin de mieux comprendre les impacts de l’action humaine sur ces milieux, il devient donc de plus en plus nécessaire d’étudier les écosystèmes aquatiques de manière holistique. 

L’addition de bio-indicateurs aux paramètres physico-chimiques, déjà suivis dans le programme de qualité de l’eau, permet d’ajouter une dimension biologique à la compréhension des milieux. La sommation de ces indices permet de déterminer l’état de l’écosystème, plus précisément son intégrité écologique. Les biosuivis permettent de mesurer le degré d’altération des communautés aquatiques et de fournir un aperçu de la « distance écologique » qui sépare les communautés échantillonnées des communautés références (non altérées) (Campeau et al., 2013).

Ainsi, l’étude de la structure des populations d’organismes permet d’inférer de nombreuses conclusions sur la qualité de l’eau et plus précisément sur la qualité des milieux dans lesquels vivent les organismes. L’information acquise permet de mieux comprendre comment et pourquoi un écosystème est en mesure de fournir les nombreux services écologiques essentiels à la présence d’une eau de qualité, tels que la filtration des polluants ou la prévention de l’érosion. Ces indices sont obtenus par une connaissance fine des organismes et de leur besoin en type d’habitat. De plus, l’utilisation de bio-indicateurs intègre un aspect spatiotemporel, comparé à la prise unique de données physico-chimiques. Finalement, l’intégration des bio-indicateurs dans le suivi de la qualité de l’eau du bassin versant de la rivière Saint-Charles a été recommandée dans le cadre d’une approche participative (Behmel et al., 2018) et vient, par le fait même, combler les connaissances sur la composition des communautés présentes dans les écosystèmes aquatiques

En plus du résumé, le rapport comprend neuf chapitres :

  1. Introduction et présentation du territoire
  2. Méthodologie détaillée
  3. Lac Saint-Charles
  4. Lac Delage
  5. Lac Durand
  6. Lac Clément
  7. Lac Caché
  8. Suivi des rivières
  9. Conclusion et recommandations

Télécharger la publication complète

Étiquettes: 2017 Suivi des rivières